Les verres correcteurs comment s’y retrouver ?

image-optique-des-soudanes-louveciennes-presbytie

François est expert opticien-lunetier et pratique ce métier depuis plus de 25 ans. Son objectif est de vous procurer un maximum de confort dans le port de vos lunettes et lentilles, notamment grâce à la qualité des matériaux utilisés et aux choix de ses fournisseurs avec lesquels il a trouvé un véritable savoir-faire, un choix riche en sobriété et classe naturelle.

Notre vue, est un de nos cinq sens les plus sollicités au quotidien. 

Notre oeil composé de la cornée, de l’iris, du cristallin et de la rétine sont des organes vivants et des muscles essentiels qui permettent de voir correctement. Notre oeil est relié directement à notre cerveau

La cornée est une membrane protectrice extrêmement sensible et qui contribue au fonctionnement mécanique de la vision.

Derrière la cornée se trouve la pupille : c’est le rond noir situé au centre de l’iris. Son rayon s’agrandit ou rétrécit en fonction de la luminosité extérieure (plus la lumière est forte et plus la pupille devient petite) et en fonction de ses mouvements.

A présent, nous allons découvrir le cristallin qui se trouve juste derrière l’iris. Le cristallin est similaire à une lentille biologique élastique et transparente. C’est lui qui va faire la mise au point pour que votre vision soit net. Un autofocus Humain !

Puis enfin, au fond de l’œil, la rétine, un organe qui reçoit l’image, la visualise, la traite, puis avec l’aide du nerf optique, la transmet vers le cerveau.

Un seul défaut de l’anatomie de l’oeil peut entraîner une amétropie comme la myopie, l’hypermétropie ou l’astigmatisme qui vont altérer l’acuité visuelle et entraîner le port de verres correcteurs.

Comment diagnostiquer les performances visuelles d’une personne ?

Pour cela, il est nécessaire de mesurer son acuité visuelle en lui demandant de déchiffrer un objet placé à une distance bien définie.

Cette lecture se fait avec un œil puis avec l’autre et pour terminer les deux.

Cette mesure visuelle de l’oeil s’exprime en dixièmes. Lorsque vous devinez nettement un caractère d’environ un centimètre de hauteur situé à cinq mètres de distance, vous avez une acuité visuelle de 10/10ème. Ce qui vous permet de lire, écrire, regarder un film sur écran ou conduire sans avoir recours à des verres correcteurs.

Les différents types de verres pour des corrections différentes :

♦ La myopie ⇒ Difficultés à voir de loin mais bien de près ⇒ Verres unificaux

♦ L’hypermétropie ⇒ Vous voyez mieux de loin que de près ⇒ Verres unificaux

L’Astigmatisme ⇒ Vous voyez flou et pouvez déformer ce que vous voyez de près comme de loin. Vous distinguez mal les contrastes entre les lignes verticales, horizontales et obliques ⇒ Verres unifocaux

La Presbytie ⇒ Vers la quarantaine, vous aurez du mal à passer au travers. En effet, le cristallin (la lentille de l’oeil qui sert d’autofocus) perd progressivement de son élasticité. Il est de moins en moins facile de distinguer les objets ou les notices à lire de près. Vous pouvez le remarquer par vous-même si vous avez tendance à éloigner ce que vous lisez ⇒ Verres progressifs – Verres à profondeur de champs (progressifs d’intérieur) – Verres unifocaux ou doubles foyers.

Pour la fatigue : Verres d’aide à l’accommodation de 20 ans à 40 ans.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *